Make your own free website on Tripod.com
 
"Il y a une chose qui m’inquiète : l’esthétique de la violence. L’esthétique de la violence chaque jour de plus nous impregne ; elle nous impregne de sang et de violence qui existe aujourd’hui, et bien qu’il soit que les gens considèrent mon travail très fort, il en reste court. Dehors, il existe une réalité plus forte et beaucoup plus cruelle et les intelectuels et les artistes ne l’ont pas assumée avec hônneteté. Si l’art n’est pas le reflet ou la valvulle d’échappatoire de l’inconscience collectif d’une societé, il devient l’expression egocnetrique de quelques illuminés dont la portée serait d’une marchandise décorative." 
 
target="_top"